Crédit photo : Sylvaine Glaizol / CAUE 34

Atelier expérimental autour des OAP

L’écriture des Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP)  est très hétérogène sur les secteurs en extension ou en renouvellement urbain : d’une simple répartition des espaces schématisée à une OAP de type « étude de faisabilité » ou avant-projet, si les possibilités d’écriture sont larges, la compréhension du parti d’aménagement sous-tendu est parfois délicate, et la qualité des réflexions engagées, leurs traductions, ne sont pas toujours au rendez-vous,

Suite à la réunion en Préfecture du 1er juin 2018, la DDTM 34 s’est engagée dans une voie de professionnalisation concernant la lecture des OAP pour ses chargés d’études et se propose également de suivre quelques OAP inscrites dans des documents d’urbanisme jusqu’à leurs réalisations.

Comprendre la complexité que peut sous-tendre un simple schéma, les compétences qu’il nécessite ; appréhender l’emboitement des échelles de projets ; replacer l’OAP dans ses intentions et ses limites… sont autant d’objectifs qui ont guidé l’organisation des journées.

Le 27 et 28 juin, une formation-atelier à l’attention des chargés d’étude de la DDTM, avec l’appui du CAUE 34, s’est organisée autour du cas concret de Murviel-lès-Montpellier et plus particulièrement celui de la restructuration du centre du village.

Pour monter en compétence sur les OAP, les chargés d’études de la DDTM et autres services de l’Etat, devaient :

  • Appréhender les paramètres et les freins pour la mise en œuvre des OAP ;
  • Appréhender la traduction d’une étude urbaine, d’un projet en OAP ; 
  • Apprécier les éléments tant sur la partie graphique que sur la partie réglementaire ;
  • Appréhender l’articulation de l’OAP avec les autres documents internes au document d’urbanisme (Règlement écrit, Règlement graphique, …) et externes (Autorisation d’urbanisme, SCOT, …) ;
  • Disposer d’une vision claire sur l’outil juridique ;
  • Identifier les éléments incontournables lors de la visite sur le terrain, croiser les échelles de réflexion ;
  • Analyser une orientation et se projeter lors de l’instruction de l’autorisation d’urbanisme ;
  • Apporter un sens critique et opérationnel lors des réunions des Personnes Publiques Associées ou des avis de synthèse…
  • Enfin, aborder les OAP thématiques ou en centre urbain qui sont aujourd’hui assez rares alors que la notion de « revitalisation des centres bourgs » monte en puissance.

Le premier temps fut consacré à la découverte du projet urbain présenté par Isabelle THOUZARD maire de Murviel-lès-Montpellier ; des études, globale à celle de secteur, présentées par Pascale ALAZETTA urbaniste et paysagiste agence TRAVERSES ; et du site avec une visite commentée du CAUE 34.

Le lendemain le CAUE accueillait les participants dans ses locaux. En préalable, Laurent DUCROUX, avocat, a proposé un focus juridique, et Stéphane BOSC, architecte urbaniste, des exemples de traitement d’OAP qualitatifs.

Trois groupes composites (chargés d’étude DDTM, conseillers du CAUE, architecte et paysagiste de la DDTM) se sont attelés à la lecture du site, de ses enjeux, à l’installation du programme de la municipalité…

Malgré une canicule éprouvante, la concentration et l’implication des participants ont contribué à faire de cette expérience une réussite !

Laisser un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.