Définition urbaine à Sainte-Croix-de-Quintillargues

Étude de définition urbaine à Sainte-Croix-de-Quintillargues

La demande initiale de la municipalité auprès du CAUE de l’Hérault portait, en 2017, sur la réhabilitation de la place de l’église, espace public très sollicité dont le revêtement en pierre faisait l’objet de reprises causées par de multiples interventions sur les réseaux.

En parallèle, les élus projettent aussi de rendre accessible à tous l’école, avec le réaménagement du parvis et la réalisation d’une rampe. En face, la salle polyvalente – dite “espace Saumade” – a été construite récemment et ses abords sont en attente d’aménagement. Par ailleurs, les entrées de village et la traversée ont fait l’objet d’interventions plus ou moins récentes, au traitement plus ou moins qualitatif selon la proximité au centre ancien.

Suite à un état des lieux sommaire, le CAUE constate une déconnexion des projets entre eux. Les équipements communaux, le centre ancien, les extensions urbaines mériteraient d’être mis en relation par un espace public de qualité, prenant en compte le paysage dans lequel ils s’inscrivent.

Dans le prolongement de cette réflexion préalable, les élus engagent aujourd’hui, en partenariat avec le Département de l’Hérault, une étude de définition urbaine thématique et sectorielle, préliminaire à tout projet opérationnel sur les espaces publics du centre.

Cette étude a pour but d’analyser la question globale du fonctionnement urbain à l’échelle du village, et de résoudre des problèmes liés aux déplacements (tous modes), notamment à la circulation et au stationnement autour de l’école.

La Bénovie en limite du centre ancien

L’étude doit aussi prendre en compte la question hydraulique et statuer sur la qualité d’aménagements du cours d’eau, la Bénovie, du traitement de ses points de franchissements. Cette étape est le préalable indispensable à l’élaboration d’un parti d’aménagement global pour les espaces publics dans un périmètre pré-défini.

Le franchissement de la Bénovie

Des zooms sur secteurs dont les périmètres restent à préciser en phase d’étude, doivent ensuite permettre aux élus d’établir une stratégie d’aménagement à court, moyen et long termes. Ces zooms sont à envisager comme des études de faisabilité au niveau esquisse, avec estimations du montant de travaux et phasages pré-opérationnels.

La procédure d’accord-cadre permettra à la municipalité d’enclencher rapidement avec les professionnels des missions de maîtrise d’œuvre en marchés subséquents, sur les deux priorités qui sont l’aménagement du parvis de l’école et la réhabilitation de la place de l’église.

Avec l’accompagnement du CAUE pour l’élaboration du cahier des charges et la consultation ouverte de professionnels en deux phases (11 candidatures puis 3 offres pré-sélectionnées), la municipalité a choisi de retenir l’équipe composée de l’Agence Actions Territoires – urbanisme & architecture – mandataire, Avril en Mai – paysagiste, BET Merlin – déplacements, hydraulique, VRD.

 

 

 

Laisser un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.