Crédit : DR

Et si on profitait du couvre-feu pour éteindre l’éclairage public ?

Avec le confinement, et plus encore le couvre-feu, il n’y a en théorie personne le soir dans les rues. C’est donc une très bonne occasion d’expérimenter l’extinction nocturne !

En France, avant la pandémie de Covid-19, 12 000 communes – majoritairement rurales – pratiquaient déjà l’extinction de nuit de leur éclairage public. Leurs motivations sont multiples : l’extinction nocturne permet non seulement la protection de la biodiversité nocturne et du ciel étoilé, mais aussi de faire des économies budgétaires et de limiter la consommation d’énergie. 

Dans l’Hérault, 2 % des communes la pratiquent, parmi lesquelles Mauguio, Le Pradal, Sussargues, Castries, Montpeyroux et Prades-le-Lez, qui témoignent de leurs expériences positives sur le sujet.

Avec les confinements et le couvre-feu, ce choix a fait des émules et plusieurs maires de France ont eu envie d’expérimenter l’extinction nocturne de l’éclairage public :

Récemment, dans l’Hérault, la commune de Murviel-lès-Montpellier a rejoint le mouvement…

Vous êtes élu et vous souhaitez vous faire accompagner dans cette démarche ?

Vous pouvez tout d’abord faire appel à un concepteur lumière. Plus qu’un technicien ou un expert, il imagine et réalise des projets d’éclairage intérieur et extérieur, et s’attache à répondre à des  problématiques spatiales, urbaines, culturelles, voire sociétales pour un résultat durable.
 
(+) d’infos : www.ace-fr.org
 
 
Le syndicat Hérault Energies peut aussi vous accompagner : information de la population, signalisation des dangers, horaires, localisations… mettant à disposition un “kit” comprenant différents supports administratifs, techniques, de communication.

L’engagement du CAUE 34

En février 2018, le CAUE 34 organisait à Lodève, l’Atelier des territoires n°12 “Lumière sur l’éclairage public” à destination des élus et professionnels, avec pour invités : Dominique CARRIÈRE, correspondant de l’ANPCEN – Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturnes, Jean-Claude PONS, maire de Luc-sur-Aude, Jérôme DONNA, concepteur lumière, Direction de l’éclairage public, ville de Lyon, David BOUYER, directeur technique d’Hérault Énergies, syndicat mixte d’énergies du Département de l’Hérault , Jean-François BEYNEL, ingénieur d’affaires, Philips éclairage.

Plus récemment, le 3 décembre 2020, le CAUE invitait Samuel CHALLÉAT, géographe, auteur du livre “Sauver la nuit” en visio-conférence. “Nous laissera-t-on un ciel à observer ?” s’inquiétaient déjà les astronomes amateurs dans les années 1970. Samuel CHALLÉAT retrace l’histoire de la revendication d’un « droit à l’obscurité » concomitant au développement urbain et décrit la manière dont s’organise, aujourd’hui, un front pionnier bien décidé à sauver la nuit.

Pour aller plus loin…

  • Le label national “Villes et villages étoilés” décerné par l’ANPCEN valorise les communes qui sʼengagent dans une démarche de progrès vis-à-vis des émissions de lumières artificielles.  Infos : www.anpcen.fr
  • Le Jour de la Nuit est une opération de sensibilisation à la pollution lumineuse et à la protection de la biodiversité nocturne et du ciel étoilé. Prochaine édition : samedi 9 octobre 2021. Infos : www.jourdelanuit.fr

Laisser un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.