Balade au fil des jardins, mai 2019. Crédit photo : Mickaël ARJONA
Le jardin des plantes de Montpellier

« C’était un petit jardin ? qui sentait bon le centre montpelliérain »

Devinette : quel point commun entre « la Reine », la Tour des pins, le Peyrou et « des Plantes » ? Réponse : ce sont tous des noms de jardins « extraordinaires » à Montpellier ! On vous fait visiter ?

Le CAUE a organisé deux visites, une à l’attention de lycéens puis une autre pour le grand public :

21 mai 2019 – Dès 9 h 30 , Odile BESÈME, architecte et urbaniste, Serena PALAZZI, architecte et paysagiste conseillère et Denis FRAISIER, paysagiste conseiller, accueillent au CAUE de l’Hérault la classe de 1re Bac pro aménagement paysager du lycée de Rodilhan dans le Gard (30).

Ambiance musicale… avec une playlist fort à propos :

   

Après une brève explication des rôles et missions d’un CAUE, Serena donne quelques définitions du mot « paysage » puis invite à écouter celle du mot « jardin » de Gilles CLÉMENT, lors de la leçon inaugurale du Collège de France, le 1er décembre 2011 (vers la 16e minute)


(Vous pouvez aussi lire la retranscription écrite de la leçon inaugurale)

 

Par la suite, le trio du CAUE 34 présente un historique des jardins, de l’Antiquité à nos jours, en commençant par les jardins suspendus de Babylone, considérés comme l’une des Sept Merveilles du monde antique…

Représentation des Jardins suspendus de Babylone par Athanasius Kircher (impression de 1726), avec des formes architecturales baroques de son temps.

Représentation des Jardins suspendus de Babylone par Athanasius Kircher (impression de 1726), avec des formes architecturales baroques de son temps.

L’après-midi, visite commentée de trois jardins et d’un square : la promenade du Peyrou, le jardin de la Reine, le jardin des Plantes et le square de la Tour des pins. Reportage photos de Camille LAQUERBE, pour le CAUE 34.

25 mai 2019 – Une trentaine de participants sont au rendez-vous dès 10 h 00 au pied de la statut de Louis XIV sur la promenade du Peyrou. Même itinéraire que pour les lycéens de Rodilhan… Reportage photos de Mickaël ARJONA et Odile BESÈME, pour le CAUE 34.



« À l’intérieur du jardin, le harcèlement existentiel s’évanouit, il n’est plus question de savoir où se diriger et selon quel ordre de bienséance orienter ses gestes ou son regard, il n’est pas question de mode d’ajustement à une prétendue modernité ; inutile d’épater les oiseaux par une quelconque performance dans un esprit managérial de compétitivité ; au jardin, il suffit d’être et cela demande un silence »

Gilles CLÉMENT, jardinier, paysagiste, botaniste, entomologiste, biologiste et écrivain français.

 

Feuilletez ci-dessous ou téléchargez le document réalisé par nos architectes :

Laisser un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.